POIL DE CAROTTE

ASSOCIATION pour enfants tristes

Accueil > 5 - TRAVAILLEURS SOCIAUX > NOTIONS CENTRALES DU TRAVAIL SOCIAL > Le geste social

Le geste social

jeudi 16 novembre 2017, par Jeanne HILLION

La Vie des idées du 16 novembre 2017 Jean-François Laé nous invite à faire une pause et à nous regarder fonctionner. Pour ce faire, ouvrons l’ouvrage de :
Thierry Gutknecht , Actualité de Foucault, une problématisation du travail social.

Il s’agit d’u premier livre d’une bienvenue collection : « Le geste social », dirigée par Marc Breviglieri aux éditions de la Haute école de travail social.

Le travail social participe centralement à l’évolution de nos sociétés contemporaines, tant du point de vue de sa contribution au problème de la vulnérabilité, de la proximité qu’il entretient avec la population, du dialogue qu’il nourrit avec d’autres champs que par les critiques qu’il suscite. De cet aspect polymorphe découle l’intérêt de le considérer, pour reprendre une expression de Nietzsche, « avec le plus grand nombre d’yeux possible ». C’est dans une telle perspective que Thierry Gutknecht se propose de rendre compte de la complexité du travail social en empruntant au philosophe Michel Foucault certains concepts clefs - pouvoir, savoir, dispositif, gouvernementalité, etc. - ainsi que sa démarche de problématisation. Il s’agit alors de « partir du bas », c’est-à-dire de la pratique et de textes de base (lois, référentiels, actes de journées thématiques, etc.) afin d’aborder certains aspects de ce champ en les posant comme problèmes demandant à être pensés d’un point de vue sociétal. Au final, le travailleur social se retrouve interpellé quant à la centralité d’une interrogation sur le devenir de la Cité ; autrement dit, se pose la question du positionnement, non seulement éthique mais aussi politique et sociétal, du professionnel

Le travail social suisse

À propos de : T. Gutknecht, Actualité de Foucault, une problématisation du travail social, IES par Jean-François Laé , le 16 novembre

Délesté de sa dimension militante, le travail social semble enfermé dans le traitement routinier de situations d’urgence. À rebours de cette vision pessimiste, une relecture de Michel Foucault invite à considérer le travail social comme un problème, qui interroge la constitution de la cité à partir de ses marges.

...
À nouveau frais, l’auteur fait (re)jouer des problématiques que nous croyions enfouies sous le positivisme ambiant – une dénonciation du contrôle social, de la domination des classes populaires, de la parole d’en bas – et permet de mesurer l’écart entre ce que furent les grandes convictions des années 1970 et certaines morosités qui habitent le présent du travail social.

Cette fois, c’est une tout autre lecture qui nous est proposée de Michel Foucault afin d’éclairer l’espace social.
Le travail social comme problème

Dans chaque exemple, l’auteur place le travail social dans des relations de pouvoir électrifiées par le politique, agissant au nom et pour des orientations politiques, et à l’inverse, ce travail a pour charge de publiciser les situations-limites auxquelles il a affaire.

La subtilité du livre consiste à dénicher dans des séries de prescriptions bureaucratiques (Directives d’application des normes LaSoc, Loi sur l’aide sociale, Règlement d’exécution de la Loi sur l’aide sociale 1999, Le Code de déontologie suisse) au contour d’une phrase, l’affirmation d’un droit des usagers, la participation de ceux-ci, le respect de sa dignité, l’obligation de l’accompagner, un « dialogue obligatoire » même, bref une quantité d’énoncés que l’auteur propose de prendre au sérieux.

Conclusion

Au total se dessine un cheminement très structuré de questions dont devraient se saisir les travailleurs sociaux, et qui, bien qu’empli des fracas, devrait être à l’avant-scène de la question sociale suisse.
Cette dimension publique du travail social renoue avec les idéaux des années 1970 : porter la voix des sans voix, parler « à la place de », non pas par substitution, mais « à partir de la place » d’autrui, afin d’aménager des possibles, d’amender les dispositifs, d’en inventer d’autres.

courez vite lire l’artice pour vous mettre l’eau à la bouche puis cherchez le livre dans vos mediathèques. un achat salutaire d’une 20aine d’euros pour nos écoles de travailleurs sociaux...

Recensé : Thierry Gutknecht, Actualité de Foucault, une problématisation du travail social, Genève, Éditions IES, 2016, 256 p.


Voir en ligne : La Vie des idées , 16 novembre 2017

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.