POIL DE CAROTTE

ASSOCIATION pour enfants tristes

Accueil > 5 - TRAVAILLEURS SOCIAUX > NOTIONS CENTRALES DU TRAVAIL SOCIAL > Les Hommes responsables de l’agression qu’ils subissent

Les Hommes responsables de l’agression qu’ils subissent

mercredi 9 novembre 2011, par Jeanne HILLION

Les violences commises au sein du couple occupent une place importante dans les crimes et délits contre les personnes et constituent un problème majeur en raison de leur impact sur les fondements de la société.

En France, au cours de l’année 2008, 184 personnes sont décédées, victimes de leur
partenaire ou ex-partenaire de vie (conjoint, concubin pacsé ou ex-dans les trois catégories).

De l’étude, nous dit-on, il ressort :

- En France, tous les deux jours,
un homicide est commis au sein du couple.

- 156 femmes sont décédées en une année,
victimes de leur compagnon ou ex-compagnon.

- 27 hommes sont décédés,
victimes de leur compagne ou ex-compagne.

- Le ratio par jour reste identique à l’année 2007 : en moyenne, une femme décède tous
les 2,5 jours et un homme tous les 14 jours.

- Cette violence s’exerçant dans le cadre familial, 9 enfants ont également été victimes des
violences mortelles exercées par leur père.

- En incluant les suicides des auteurs et les homicides commis simultanément avec ceux du
partenaire de vie, ces violences mortelles ont occasionné au total le décès de 254
personnes.

- Les morts violentes au sein du couple sont en légère diminution avec 8 faits en moins par
rapport à 2007.

LA PHRASE la plus incroyable est la dernière, celle qui signe la conclusion. ATTENTION LES MECS :

 L’auteur masculin est marié, de nationalité française, entre 41 et 50 ans, sans
emploi et vivant plutôt en zone urbaine. Il commet son acte plutôt en période
estivale, sans préméditation, avec une arme blanche. Sa principale motivation est la
non-acceptation de la séparation.

 L’auteur féminin est marié, de nationalité française, entre 41 et 50 ans, sans
emploi et vivant plutôt en zone urbaine. Elle commet son acte sans préméditation,
avec une arme blanche. Les principales causes de son passage à l’acte sont la dispute
et les violences exercées sur elle par sa victime.

Il faut lire plusieurs fois avant de comprendre. Les hommes sont responsables de la violence qu’ils font subir mais ils sont également responsable de la violence qu’ils subissent !

voyez par vous-même :

Etude nationale 2008 sur les morts violentes au sein du couple

C’est assez triste de voir cette coloration orientée de la part d’une étude "objective". Comment peut-on encore de nos jours penser que La violence a un genre ?

chez nous la vision de la femme angelique a la vie dure et va contre la femme elle-même. A quand l’égalité des genres dans les états d’esprits.

Les statistiques ne sont pas équivalentes évidemment mais les études perdent de leur crédibilité quand elles sont oirentées. On sait pourtant combien les hommes sont réticents à aller parler de leur souffrance. on sait aussi qu’ils portent peu plainte et qu’ils sont souvent victimes de violence perverse qui les amène à la dépression, l’alcool, ou à des actes violents ou auto-violents irreversibles... On sait combien ils sont détruits à jamais par une agresseuse au sourire plein de charme à qui on donnerait le bon dieu sans confession. etc etc.

"Les femmes ne sont pas que des victimes manipulées. Et la violence n’est pas uniquement d’essence masculine. C’est arithmétique : plus les femmes vont être impliquées dans le pouvoir et plus il y en aura qui commettront des actes de violence. Le fait de donner la vie ne fait pas de nous des êtres meilleurs, ne nous prédispose pas à protéger les persécutés, même si nous sommes tentées parfois de reprendre cette vieille antienne qui nous rassure."

Valérie Toranian [1]

" Le mythe de l’innocence est dangereux parce qu’il définit une femme hors des réalités, enfermée dans sa propre essence, dans ses propres représentations toxiques, incapable de se penser librement. Cette « grâce de la naissance » nous spécifie, nous catégorise, donc nous exclut. A chaque fois que nous mettons en avant notre différence en tant qu’elle nous prédispose à penser ou à agir de façon singulière, nous sommes dans le faux. Bien évidemment les différences existent entre les hommes et les femmes. Il ne s’agit pas de fantasmer sur la disparition des sexes où l’émergence d’un nouveau monde androgyne. Mais ces différences sexuelle, physiologique, psychologique, ne constituent pas notre condition.
Nous ne sommes pas notre différence

écrit-elle.

dans ce sens à lire ou télécharger ici une publication suisse : Violence féminine : mythes et réalités.

Quatrième rapport de la Commission cantonale de l’égalité. Eva Wyss. Berne, 2006 sta.be.ch/site/fr/gleichstellung-fr...

Voir aussi la publication du groupe québécois L’Après-rupture : Le scandale des fausses statistiques du ministère de la santé et des services sociaux du Québec sur la violence (2008)

lapresrupture.qc.ca/recherche.html

ou lire :

300 000 femmes battues, y avez-vous cru ? Editions Café crème (Québec), 2010

Voir aussi ce film d’une heure et demi d Men don’t tell (1993)irectement sur you tube.

réalisé par Harry Winer,

voir ou télécharger la liste de documents établie par Yvon Dallaire,

LIRE L’article de 65 pages Stratégies violentes et destin de femme de Valérie Béguet Valérie Béguet - responsable du pôle de ressources « Conduites à risques » du Conseil général du Bas-Rhin
 : "En ne reconnaissant pas le statut d’auteur de violence aux jeunes filles, notre société exprime un sexisme à rebours. L’image stéréotypée de la femme « maternante et douce » ne permet pas d’entendre la signification sous-jacente. Que les conduites prennent la forme « intermédiaire » ou « délinquante », il est essentiel de comprendre ces difficultés car l’attente de reconnaissance engage à répéter voire à aggraver la violence."
 [2]

et évidemment ce site très documenté sur la violence subie par les hommes.
,la cause des hommes.

qui annonce 7 novembre : MOBILISONS-NOUS POUR LA PROPOSITION DE LOI MALLIE-DECOOL !

La proposition de loi des députés UMP Richard Mallié et Jean-Pierre Decool (soutenus par 110 autres) est toujours en attente d’être examinée à l’Assemblée nationale. Après l’échec de 2009, une nouvelle version en a été déposée le 18 octobre 2011. Cette proposition prévoit que la résidence alternée sera, en cas de séparation des parents, le mode de garde des enfants choisi par défaut, c’est-à-dire prioritairement à tous les autres modes de garde (cf l’article 4)..

Le texte de la proposition (version 2011)

http://www.depute-mallie.com/richardmallie405.html

Il est très important qu’elle soit examinée avant les élections présidentielles et le prochain changement d’Assemblée. Nous répercutons donc les consignes suivantes :

- il faut faire pression sur le président du groupe UMP, Christian Jacob, afin qu’il obtienne que la proposition soit mise à l’ordre du jour (ce qu’il est, paraît-il, peu pressé de faire). On peut lui écrire dans ce sens : assemblee-nationale.fr/13/tribun/fiches_id/1695.asp (> Contacts > Mél : Asemblée nationale) ou christianjacob.fr/index.php/christian-jacob/contact

on peut écrire aussi directement à l’Elysée, pour faire la même demande (n’oublions pas que nous sommes en période électorale...) :

http://www.elysee.fr/ecrire

ETUDE

Les correspondants départementaux d’aide aux victimes de la Gendarmerie Nationale

CORRESPONDANTS "AIDE AUX VICTIMES" DE LA POLICE NATIONALE


[1« Pour en finir avec la femme » Grasset, 2005

[2in SCIENCES DE L’HOMME & SOCIÉTÉS [CULTURES EN MOUVEMENT] N°76/05
Comprendre les ados en souffrance
CULTURES EN MOUVEMENT (Editeur )
Date de parution : 04/2005
Nbre/N° de page :

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.