POIL DE CAROTTE

ASSOCIATION pour enfants tristes

Accueil > 4- PSYCHOTRAUMATISME > Santé > CHUTE PAR LA FENETRE : un problème de santé publique

CHUTE PAR LA FENETRE : un problème de santé publique

lundi 7 avril 2014, par Jeanne HILLION

Les chutes accidentelles de grande hauteur d’enfants en Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais et Provence-Alpes-Côte d’Azur

15 mars – 15 octobre 2013

Auteur(s) : Pasquereau A, Meyer P, Thélot B.

Editeur(s) : Institut de veille sanitaire

ISSN : 1956-6964

ISBN : 979-10-289-0011-3

ISBN NET : 979-10-289-0012-0

Version française [1]

RÉSUMÉ :

Les « chutes accidentelles de grande hauteur », souvent appelées par simplification « défenestrations », constituent un problème de santé publique ancien, principalement lié à l’habitat de grande hauteur. Ces accidents de la vie courante ont des conséquences redoutables, d’autant plus qu’ils surviennent surtout chez les très jeunes enfants.

Après deux enquêtes en 2005 et 2006, l’enquête 2013 a été menée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) en collaboration avec l’Hôpital Necker – Enfants malades (Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP)), dans trois régions : Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les chutes d’enfants de moins de 15 ans survenues du 15 mars au 15 octobre ont été recensées. Le recueil des données a été assuré essentiellement par les équipes d’intervention et les personnels hospitaliers médicaux et paramédicaux.

Durant les sept mois d’enquête, 76 défenestrations ont été recensées chez les enfants de moins de 15 ans (taux d’incidence 1,9/100 000). Il s’agissait surtout d’enfants de moins de 6 ans (62 %), majoritairement des garçons (70 %). Dans 49 % des cas la chute a eu lieu alors que l’ouverture disposait d’une protection. Un meuble se trouvait sous l’ouvrant dans plus de la moitié des cas. Dans 82 % des chutes un adulte était présent dans le logement. Neuf enfants sont décédés (12 %), 8 ont gardé des séquelles dont un handicap sévère et 2 sont dans un état végétatif. La comparaison des trois enquêtes montre peu de différence de caractéristiques des accidents. Cependant le nombre de cas a diminué en Ile-de-France (64 en 2006, 51 en 2013).

Les actions de prévention initiées en 2006 en France doivent être poursuivies : recommandation de surveillance active des enfants par les adultes, pas de meuble sous les ouvrants, systèmes d’ouverture de fenêtre adaptés. La modification de la réglementation sur la hauteur des garde-corps reste d’actualité.

Télécharger le Rapport en pdf - 4,95 Mo

Mots-clés :
défenestration accidentelle, chute, enfant, épidémiologie

Chutes d’enfants par la fenêtre. Appel à la vigilance des parents : 4 fois sur 5, un adulte est présent.

Le printemps et les beaux jours arrivent et avec les premières chaleurs, les risques de chutes par la fenêtre augmentent.

Selon l’enquête Défenestrations 2013, l’Institut de veille sanitaire (InVS), en collaboration avec l’hôpital Necker Enfants malades, a enregistré durant sept mois d’enquête, en Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Nord-Pas-de-Calais, 76 « chutes accidentelles de grande hauteur » (défenestrations) chez les enfants de moins de 15 ans (taux d’incidence 1,9/100 000). Elles ont été suivies de 9 décès. 8 personnes ont par ailleurs présenté des séquelles à un mois (dont 3 sévères).
Les enfants de moins de 6 ans particulièrement touchés

Les chutes accidentelles de grande hauteur concernent surtout les enfants de moins de 6 ans (62 %), majoritairement des garçons (70 %). Dans la moitié des cas, la chute a eu lieu alors que l’ouverture disposait d’une protection, qui a donc été inefficace.

De même, quatre fois sur cinq, un adulte était présent dans le logement au moment de la chute. Un meuble se trouvait sous l’ouverture dans plus de la moitié des cas.

Ces résultats sont semblables à ceux des enquêtes réalisées en 2005 et 2006. On doit toutefois mentionner que le nombre de cas a diminué entre 2006 et 2013, de 106 à 76, les décès passant de 10 à 9 et les séquelles sévères de 7 à 3.

Soyez vigilant et sécurisez votre habitat

A la veille des beaux jours, poursuivant ses actions de prévention sur le sujet, l’Inpes diffuse deux affiches pour prévenir les risques de défenestration auprès des crèches, PMI, pédiatres, centres d’actions communales et préfectures.

Elles sont également téléchargeables sur www.inpes.sante.fr et disponibles gratuitement sur demande auprès de l’Inpes.

Les conseils à retenir :

- il ne faut jamais laisser un enfant seul, ou sous la responsabilité d’un autre enfant ou adolescent, près d’une fenêtre ouverte ou sur un balcon,

- il ne faut jamais laisser des meubles ou objets sous une fenêtre : les enfants peuvent s’en servir pour accéder à leur ouverture.

Verrous, poignées verrouillables, entrebâilleurs, bloc-portes, barrières qui font office de garde-corps…ne suffisent pas et ne remplacent jamais la vigilance d’un adulte.

« Il faut se mettre dans la tête d’un enfant, il entend des bruits à l’extérieur et cherchera à voir ce qui se passe. S’il y a un conseil à retenir, c’est de ne jamais laisser un enfant seul quand une fenêtre est ouverte » rappelle Thanh Le Luong, directrice générale de l’Institut National de prévention et d’éducation à la santé (Inpes).

1 Enquête Défenestrations 2013 (menée entre le 15 mars et le 15 octobre 2013 dans trois régions : Ile de France, Nord Pas de Calais et Provence Alpes Côte d’Azur), A. Pasquereau, P. Meyer, B. Thélot, InVS.

Contact(s) presse :

Inpes : Vanessa Lemoine – Tél : 01 49 33 22 42 – Email :

vanessa.lemoine inpes.sante.fr

InVS : Katel Le Floc’h – Tél. 01 41 79 57 54 – presse invs.sante.fr


[1SUMMARY
Children accidental falls from heights in Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais and Provence-Alpes-Côte d’Azur regions
15 March - 15 October 2013

“Accidental falls from heights” represent a longstanding public health problem, mainly linked to high-rise housing. These home and leisure injuries (HLIs) have serious consequences, which are all the more tragic since HLIs occur most commonly in very young children.
After two studies in 2005 and 2006, the French Institute for Public Health Surveillance (Institut de veille sanitaire, InVS) in collaboration with the Necker Pediatric Hospital – Enfants Malades (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris) carried out the 2013 survey in three regions : Paris region (Ile-de-France), Nord-Pas-de-Calais, and Provence-Alpes-Côte-d’Azur. The falls of children under 15 years of age from 15 March to 15 October 2013 were recorded. The data was collected mainly by investigating teams and medical and paramedical hospital staff.
During the seven-month study, 76 accidental falls from heights were recorded in children under 15 years of age (incidence rate 1.9/100,000). Most of the children were younger than 6 years (62%), and the majority of them were boys (70%). In 49% of cases, the fall occurred despite the fact that the openings were fitted with protective devices. An item of furniture was located under the window in half of cases. In 82% of cases, the child fell while there was an adult at home. Nine children (12%) died, and 8 children suffered sequelae, which were serious in one case and 2 children were in coma. Comparison of three surveys shows little difference in the characteristics of accidents. However, the number of cases decreased in Ile-de-France (64 in 2006, 51 in 2013).
Prevention campaigns initiated in 2006 in France need to continue : recommendation of adult supervision, no furniture under the window, revision of window-opening mechanisms. The regulatory change on the height of guardrail is also mentioned.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.