POIL DE CAROTTE

ASSOCIATION pour enfants tristes

Accueil > 1- VIOLENCES... > COMPRENDRE LA VIOLENCE PERVERSE > Lanceurs d’alerte, la tartufferie française

Lanceurs d’alerte, la tartufferie française

mardi 12 mars 2019, par Jeanne HILLION

Arrêt sur images
 [1]

Lanceurs d’alerte, la tartufferie française

Depuis quelques années, les lanceurs d’alerte sont entrés dans notre paysage. Les visages de Hervé Falciani, de Irène Frachon, ou de Stéphanie Gibaud, leurs combats pour la santé publique ou contre la fraude fiscale, nous sont familiers. Mais l’on sait moins de quels désastres, pour leur vie professionnelle et privée, s’est payé leur réflexe civique (Stéphanie Gibaud, ex-UBS, et Claude-Annick Tissot, ex-Conseil régional d’Ile de France, nous l’avaient raconté dans cette émission. Voir aussi dans cette autre émission Céline Martinelli et Mathieu Chérioux, ex-employés de la banque Pasche à Monaco).

L’idée est donc née en 2014 de les protéger au niveau européen des représailles ou du harcèlement judiciaire, en leur offrant un statut. Mais à qui accorder ce statut ? Dans le projet initial, la commission européenne exigeait que le candidat au statut, avant de lancer son alerte en public auprès des medias, ait prévenu "en interne" l’organisme coupable du manquement dénoncé. Le Parlement européen avait fait sauter cette condition. Poussé par quelques pays, le Conseil européen l’a rétablie. Quelques pays ? Lesquels donc ? L’infâme Hongrie de l’infâme Orban ? Gagné. L’Autriche, où l’extrême droite est associée au gouvernement ? Oui. Et qui d’autre ? La France, pardi. La France des droits de l’homme, et du "core business".

Sur la tartufferie de la position française, je ne saurais mieux dire que la chroniqueuse Isabelle Saporta, de RTL. Ecoutez la donc.

Le statut des lanceurs d’alerte se joue aujourd’hui à Strasbourg, et la France qui défend une position scandaleuse : vous la sentez venir la tartufferie honteuse ? #RTLMatin pic.twitter.com/I5XWNw8ek7
— Isabelle Saporta (@isabellesaporta) 11 mars 2019

Le meilleur de l’affaire, ce sont les justifications que les Tartuffe, en l’occurence la ministre de la Justice Nicole Belloubet, à la manoeuvre, ont données au "Monde""". Par cette obligation de l’enquête en interne il s’agit, je cite "de garantir une réelle adhésion des entreprises au dispositif, indispensable à sa mise en application efficiente". En effet ! Que ferons-nous, si HSBC, si les laboratoires Servier, ne manifestent pas leur ""réelle adhésion"" à la dénonciation de leurs turpitudes ? Mais attention. Il ne s’agit pas d’envoyer le lanceur d’ alerte à la boucherie. Il devra opérer ce signalement interne "auprès d’un interlocuteur impartial et tenu à une stricte obligation de confidentialité". C’est-à-dire, si on comprend bien, dans un bureau distant d’au moins un mètre soixante quinze de celui du PDG, et disposant d’une double porte capitonnée. Vive la France !
Gibaud ASI
stéphanie Gibaud, arrêt sur images
VOIR L’ARTICLE EN LIGNE

La critique média, en toute indépendance


[1La critique media, en toute indépendance !

Arrêt sur images est le seul site français de critique des médias, qui soit à la fois indépendant et fabriqué par des journalistes professionnel.le.s.

Il est en ligne depuis 2008. Sans publicité, il n’est financé que par ses abonné.e.s.

Dans ses articles et chroniques quotidiennes, comme dans son émission hebdomadaire du vendredi, il s’attache à déconstruire tous les récits médiatiques, aussi bien télévisés, écrits, que sur les réseaux sociaux.

Le site est animé par Daniel Schneidermann. Il a succédé à l’émission du même nom, diffusée sur France 5 de 1995 à 2007.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.