POIL DE CAROTTE

ASSOCIATION pour enfants tristes

Accueil > 3- LA LOI > RÉSIDENCE ALTERNÉE ET PÉRINATALITÉ

RÉSIDENCE ALTERNÉE ET PÉRINATALITÉ

dimanche 8 septembre 2013, par Jeanne HILLION

Journée Nationale WAIMH Francophone

Vendredi 4 OCTOBRE 2013

RÉSIDENCE ALTERNÉE ET PÉRINATALITÉ

Musée Social Cédias, 5 rue Las Cases, 75007 Paris

Comité scientifique et d’organisation locale :

Groupe de travail sur la résidence alternée de la WAIMH francophone

Matin. Présidé par Monique Bydlowski, psychiatre, psychanalyste et directeur de recherche à l’Inserm..

8H45 _ ACCUEIL

9H : INTRODUCTION

par Sylvain Missonnier,

professeur de psychologie
clinique de la périnatalité à l’université Paris Descartes, psychologue, psychanalyste SPP.

9H30-10H : SYNTHÈSE DE LA JOURNÉE « RÉSIDENCE ALTERNÉE » 8
avril 2013 APPEA, SFPEADA, COPES,

par Christine Ascoli-Bouin,

psychologue clinicienne et directrice du COPES.

10H-10H30 : FIGURE D’ATTACHEMENT PRIMAIRE CHEZ BOWLBY

par
Blaise Pierre humbert,
psychologue,
chercheur au Service universitaire de psychiatrie de
l’enfant et de l’adolescent de Lausanne /

Discussion Sylvain Missonnier

10H30-11H _ PAUSE

11H-11H30 :

« BESOINS FONDAMENTAUX ET ANGOISSES CHEZ LES TOUT PETITS ET LES PLUS GRANDS :

l’importance de la stabilité et de la
continuité relationnelle
 »,

par Emmanuelle Bonneville, psychologue, maître de
conférence en psychologie clinique à l’université Paris Descartes /

Discussion Claire
Squires,

psychiatre, psychanalyste,
maître de conférence à l’université Denis Diderot.

11H30- 12H –

« GARDE ALTERNÉE : DROIT DES PARENTS OU DROITS DES ENFANTS ? »,

par Rodolphe Costantino,
avocat au Barreau de Paris.

12H- 12H30 : LE JUGE DES AFFAIRES FAMILIALES par M. Durand, J.A.F.
(sollicité)

/ Discussion par Jacqueline Phelip, présidente de l’association « L’enfant d’abord ».

12H30- 13H : Discussion avec la salle.

13H-14H _ DEJEUNER

APRÈS-MIDI

Après-midi. Présidée par Bernard Golse, chef de service de psychiatrie infantile à l’hôpital Necker-Enfants malades, professeur de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’université Paris Descartes, psychanalyste APF

14H-15H :

« HISTORIQUE DE LA RESIDENCE ALTERNEE CHEZ L’ENFANT PETIT EN FRANCE ET RECHERCHES ACTUELLEs »

par Maurice Berger, ***

chef
de service en pédopsychiatrie au CHU de St Etienne,

ex-professeur associé de
psychopathologie de l’enfant à l’Université Lyon 2 /

Discussion par Christine Frisch-
Desmarez, pédopsychiatre,

membre titulaire de la Société Belge de Psychanalyse,

membre fondatrice de la WAIMH belgo-luxembourgeoise,

formatrice "Petite enfance" à
Bruxelles et Luxembourg

15H-15H30 :

« PSYCHOPATHOLOGIE DU LIEN ET RESIDENCE ALTERNÉE : ET L’ENFANT DANS TOUT ÇA ? »

, par Carine De Buck,

pédopsychiatre, psychothérapeute (Bruxelles),

et Marie-Paule Durieux,

pédopsychiatre,
psychanalyste /

Discussion Pascale Gustin, psychologue clinicienne et psychanalyste.

15H30 _ PAUSE

16H00-16H30 :

« CLINIQUE DE SEPARATIONS CONSENSUELLES »

,
par
Eugénie Izard,

pédopsychiatre (Toulouse).

16H30-17H00 :

« GROSSESSE ET MEDIATION FAMILIALE »

,

par Murielle
Jeoffray,

médiatrice familiale à l’association « Alternative », représentante de l’association « Pour la médiation familiale.

/Discussion par Albert Ciconne,

professeur de psychopathologie et psychologie clinique
à l’université Lyon 2, psychologue et psychanalyste

17H00- 17H30 : Discussion avec la salle.

18H :

SYNTHESE DE LA JOURNEE,

par Pierre Delion,

chef de service en
pédopsychiatrie à Lille, professeur de pédopsychiatrie à la faculté de médecine de Lille,
psychanalyste.

programme ici

Tarifs : Entrée gratuite pour les membres de la WAIMH francophone (à jour de leur cotisation 2013).

30 € pour
les non-membres -

15 € Etudiants. Inscription seulement sur place dans la limite des places disponibles.

Pour être sûr d’avoir une place, venir à 8h45.

Programme définitif disponible : http://www.psynem.org/Hebergement/Waimh_Francophone/1268

Renseignements : secwaimhf noos.fr

« L’Association Internationale pour la Santé Mentale du Bébé a un triple but charismatique, éducatif et scientifique et elle préside actuellement au développement et à la transmission des connaissance dans le champ de la petite enfance, c’est à dire à la diffusion du savoir et à la promotion d’actions cliniques et thérapeutiques et de la recherche en matière de croissance et de maturation psychiques du très jeune enfant. »

Le groupe Waimh-Francophone a été fondé en 1994 par Serge Lebovici et Bernard Golse, en tant que groupe affilié constituant de la Waimh (World Association for Infant Mental health).

L’un des buts de ce groupe est de contribuer à une représentation efficace des positions francophones (France, Belgique et Suisse) et européennes, en matière de psychopathologie du bébé, au sein de la Waimh.

Il a aussi pour objectif de stimuler un réseau francophone des différentes équipes impliquées dans le champ de la psychiatrie périnatale, de faire le point sur les travaux en cours et de promouvoir un certain nombre de recherches.

Différentes commissions président au développement des échanges avec les collègues d’autres régions du monde (Europe centrale et orientale, Afrique, Amérique Latine et Extrême-Orient).

Le groupe se compose actuellement de 371 membres, chercheurs et cliniciens, ce qui est l’une de ses originalités.

Le groupe Waimh-Francophone organise des réunions thématiques une fois par trimestre ainsi qu’un colloque national ouvert tous les deux ans (bientôt chaque année).

Il édite un bulletin, à l’issue de chacune de ces manifestations.

Il a pris récemment l’initiative d’oeuvrer en vue d’une fédération des différents groupes Waimh européens affiliés à la Waimh (une dizaine actuellement), en collaboration avec le groupe Waimh israélien.

Les nombreuses actions du groupe démontrent, s’il en était besoin, sa convivialté et son caractère très vivant.

C’est le groupe Waimh-Francophone qui organisa, à Paris, le congrès mondial de la Waimh en 2006.

Le dernier congrès mondial s’est tenu du 1er au 5 août 2008 à Yokohama, au Japon.

Pierre Delion et Sylvain Missonnier, Co-présidents de la Waimh Fr.

Emmanuel Reichman, coordinateur communication, Internet et multimédia.


*** Je tiens à préciser ici que ce nom hypermédiatisé est celui d’un médecin qui s’autoproclame porteur de la parole de l’enfant, selon quoi il s’arroge le droit de parler contre la résidence alternée avant 3 ans, ou précisément contrel’idée que le père vaille la mère car dit-il "La
mère
est
investie
par
le
bébé
comme
une
personne
plus
sécurisante
que
les
autres". voici ce qu’il écrit par exemple : "Si l’on s’en tient aux connaissances actuelles reconnues par la communauté
scientifique, on peut affirmer que le père a une place spécifique à prendre auprès de son bébé,
importante pour son développement affectif, mais qu’elle n’est pas équivalente à celle de la
mère. Ce n’est pas parce que père et mère ont une égalité de droit au niveau de l’autorité
parentale qu’ils sont à égalité dans le psychisme du bébé. Ce n’est pas parce que des adultes
décident d’exercer différemment leur rôle parental dans une société en évolution que les
besoins relationnels des bébés changent. Ils sont les mêmes depuis des siècles et demeureront
toujours les mêmes. Et la manière dont la co-parentalité est présentée par certaines
personnalités politiques est incompatible avec plusieurs de ces besoins essentiels."et bien d’autres choses qu’on peut lire ici http://www.mauriceberger.net/download/Article_Dr_Berger.pdf]

De la même façon, se prévalant de ces observations cliniques, ce monsieur (il y a des médecins qui ne recevant que des malades pensent que tout le monde est malade) propose d’abaisser l’âge de la responsabilité pénale ...devinez jusqu’à quel âge ? ")
L’
équivalent
des
centres
éducatifs
fermés
devrait
pouvoir
être
mis
en
place
pour
de
s
enfants
âgés
à
partir
de
6
ans"

ben ouais ! pourquoi 6 ans et pas 6 mois ?? on se le demande.
http://www.mauriceberger.net/download/pourquoi-il-faut-abaisser.pdf

je vous invite à lire la réaction effarée mais mesurée ( vu le contexte je n’ose pas dire "contenue" !) de notre ami JPR à l’audition du 17 mars 2009 par la commission parlementaire qui travaille sur les violences intra-conjugales faites aux femmes du Dr berger qui en arrive à déduire qu’il faut incarcérer les enfants :

http://jprosen.blog.lemonde.fr/2009/03/30/le-dr-berger-et-les-petits-enfants-violents-205/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.