POIL DE CAROTTE

ASSOCIATION pour enfants tristes

Accueil > 1- VIOLENCES... > COMPRENDRE LA VIOLENCE PERVERSE > Les Crimes invisibles

Les Crimes invisibles

Délits contemporains, dénonciation et temps de réaction

mercredi 27 mars 2013, par Jeanne HILLION

Fines Louise

Louise Fines enseigne la criminologie à l’université d’Ottawa.

Elle a récemment publié Recherche qualitative et cyber-espace-temps (Presses de l’université du Québec, 2011),

Les crimes en col blanc (L’Harmattan, 2011) et

L’organisation des crimes en col blanc (L’Harmattan, 2012).

Résumé

Il y a des crimes qui se déploient sur des années sans que l’on puisse y mettre un terme. Il s’agit en particulier de crimes commis par les organisations et par les individus qui y travaillent. Le cas Madoff, qui a éclaté en 2008, en est sans doute l’illustration exemplaire. Or, il s’agit de réalités qui sont normalement soumises à des mécanismes de surveillance.

Si le crime dure si longtemps, c’est que les surveillants ne regardent pas au bon endroit ou regardent ailleurs, que les signaux avertisseurs émis par les sonneurs d’alarme ne reçoivent pas toute l’attention nécessaire, ou que cette dénonciation n’est pas interprétée correctement par ceux qui la reçoivent, et dont c’est précisément le mandat d’y être attentifs.

Mais si ces crimes durent longtemps c’est qu’ils sont également devenus de plus en plus insaisissables en raison de leur complexité « naturelle » aussi bien que de leur dématérialisation rendue possible par internet.

Leurs auteurs profitent de la connivence ou de la négligence d’autres organisations et d’autres individus, de la naïveté et de la bonne foi d’une population anonyme, et finissent par faire des victimes aussi innombrables qu’inattendues.

Empruntant la voie virtuelle, ils peuvent se protéger derrière l’anonymat, profiter de la confusion entre privé et public que favorise internet, et exploiter une réserve incalculable et sans cesse renouvelée d’information et de données.

C’est cette configuration du crime contemporain que décrit cet ouvrage, qui laisse en même temps deviner les transformations de nos démocraties.

Détails

Prix : 17.00 $ CAD

Auteur(s) : Fines Louise

Date de parution : 26 mars 2013

Nombre de pages : 110

ISBN : 978-2-89578-388-6

Format : 8 x 5 po ; 21 x 13 cm

Disponibilité au Canada : code produit : 9782895783886

Table des matières

Introduction 7

- Chapitre 1

Dénoncer en vain

Madoff, ou les habits de l’empereur 11

Une fraude organisationnelle 11

Une surveillance à la dérive 15

La non-indemnisation des victimes 18

Les habits neufs de l’empereur 20

Aveuglement volontaire 26

- Chapitre 2

Dénoncer avec succès

Mobiliser internet à des fins de justice sociale 31

Le cas de Wukan 31

L’affaire Bo Xilai 36

- Chapitre 3

Se dénoncer malgré soi

La dénonciation involontaire 43

Le cas de Malcolm Harris 43

Le cas d’Eden Abergil 49

- Chapitre 4

Les pièges d’internet 53

Informations sensibles et acteurs intéressés 54

Rattrapés par les criminels 56

Internet n’oublie rien 59

Le droit à l’oubli numérique 61

- Chapitre 5

Les crimes commis au moyen d’internet : aspects théoriques 65

La divulgation sans consentement
de renseignements personnels 67

Le dénigrement comme justice privée 69

La mise à distance de la victime 71

Une action individuelle qui est aussi collective 72

Responsabilité diffuse et anonymat 74

Brouillages spatiaux et temporels 76

Une législation en devenir 77

Les sonneurs d’alarme : des limites organisationnelles 78

Des barrières organisationnelles notoires 79

- Chapitre 6

Les crimes organisationnels à l’aune de la complexité 81

Durée du crime et incertitude 81

Durée du crime et récursivité 83

Durée du crime et relations dialectiques entre acteurs 88

Théorie des meurtrissures 91

- Conclusion 99
- Bibliographie 103

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.