POIL DE CAROTTE

ASSOCIATION pour enfants tristes

Accueil > 4- PSYCHOTRAUMATISME > Le propranolol la pilule de l’oubli de la souffrance ?

Le propranolol la pilule de l’oubli de la souffrance ?

jeudi 8 janvier 2009, par Jeanne HILLION

La revue Sciences et Avenir, en Mai 2006 l’appelait déja "La pilule anti-trauma" d’autres journalistes ont renchéri : voici la "pilule de l’oubli" !!.

Le propranolol testé en en 2001 par l’américain Roger K. Pitman, de l’Ecole de médecine de Harvard (Massachusetts), éviterait l’encodage traumatique. Les personnes traumatisées connaissent toutes ces hallucinations, ces flash-back, ces souvenirs intrusifs, cette hypervigilance, et ces activations neurovégétatives qui accompagnent toute tentative de s’approcher de l’objet de son traumatisme, de la personne qui nous a agressé, du lieu même ou de toute image ou sensation (odeur, bruit, couleur etc) en rapport avec le trauma.

Le psychotraumatisme (qu’il soit dû à un événement brusque une violence brutale mais également à une maltraitance qui a duré à du harcèlement moral dans la sphère privée ou au travail) :

pour expliquer simplement ce mécanisme complexe, on peut dire que c’est l’usure dûe à l’attitude néfaste d’un proche qui, peu à peu, vous détruit, vous rabaisse etc. Ces agissements - qui ne sont pas des conflits) touchent la personne très profondément au niveau même du cerveau le plus archaïque que nous possédions : l’amygdale dans le système limbique , c’est-à-dire CELUI DE LA SURVIE !!!

eh bien, l’une des cibles du propranolol est l’amygdale c’est-à-dire l’endroit où le traumatisme s’est encodé, là où il s’est enregistré.

Le figement vient de la réaction de survie (même la bête la plus simple cellulairement réagit pour sa survie).

Dans un article publié dans l’excellente revue spécialisée : Revue francophone du Stress et du Trauma (1)
François Ducrocq, Louis Jehel, Nathalie Prieto, Philippe Lestavel, Guillaume Vaiva abordent la question de la médication. "La pharmacologie des troubles psychotraumatiques aigus. Traitement ou prévention ?" :

"À côté de nécessaires
approches psychothérapiques post-immédiates, il devient maintenant possible de proposer, dès
les premiers temps qui suivent l’événement, des stratégies médicamenteuses dont l’efficacité est
attestée par un nombre croissant de travaux et étayée par des arguments neurobiologiques
consistants. Ainsi, si une grande prudence est de mise sur une utilisation trop large ou
systématique des benzodiazépines, émergent d’autres anxiolytiques tels que l’hydroxyzine ou des
agents d’autres classes médicamenteuses comme le propranolol, quand des agents
sérotoninergiques, des antagonistes du CRF, certains agents GABAergiques ou des
anticonvulsivants représentent des voies prometteuses en cours d’exploration. "

En effet, le propranolol, (bêtabloquant habituellement utilisé pour traiter l’hypertension artérielle) pourrait avoir un impact considérable dans le traitement du psychotraumatisme en réduisant la force émotionnelle du souvenir et en annihilant l’angoisse liée à la remémoration des événements.
Gilbert VILA.

*Fédération de Pédiatrie. CHU Trousseau," La prescription de propranolol dans les
premières heures d’un incident en cas d’activation neurovégétative reste une voie de
recherche à confirmer."

Déja des musiciens, d’autres interprètes ou des étudiants employaient Le propranolol contre le trac de l’examen ou de la scène. on en aurait même trouvé dans les urines d’un sportif connu.

La psychologue Merel Kindt et ses collègues de l’Université d’Amsterdam ont mené une recherche avec 60 participants à qui ils ont présenté une photographie d’araignée accompagnée d’un choc électrique, les conditionnant ainsi à avoir un souvenir craintif de l’image.

Le lendemain, une partie des participants recevait un médicament bêta-bloquant, le propranolol, alors que l’autre recevait un placebo avant d’être ré-exposés à la photographie.

La réponse de peur du groupe ayant reçu le médicament était grandement réduite ou même éliminée. "Les participants n’avaient pas oublié l’image", explique Kindt. "Mais la peur qui y était associée était disparue."

Mais le propanolol est un principe actif qui lutte contre l’hypertension, par conséquent, il provoque de l’hypotension et un ralentissement cardiaque. Il doit être prescrit avec vigilance.

On ne cesse de découvrir de nouvelles possibilités de cette molécule.

Au CHU de Bordeaux, on a découvert en 2008 que le propanolol pouvait donner d’excellents résultats dans la régression des formes graves d’hémangiomes de la face . Selon le site anomalievasculaire.org " Un industriel a acheté la licence pour commercialiser une forme pédiatrique de propranolol. Les chercheurs devraient démarrer, avec l’industriel en question, une étude internationale comparant différents dosages de propranolol à la corticothérapie générale, début prévu printemps 2009 si tout va bien..."

Pour être plus précis sur les Indications Thérapeutiques, voici ce que stipule la COMMISSION DE LA TRANSPARENCE de la Haute Autorité de santé * dans son avis du
24 octobre 2007 :

PROPRANOLOL RATIOPHARM LP 80 mg
- Hypertension artérielle.
- Prophylaxie des crises d’angor d’effort.
- Traitement au long cours après infarctus du myocarde.
- Traitement de certains troubles du rythme : supraventriculaires (tachycardies, flutters et
fibrillations auriculaires, tachycardies jonctionnelles) ou ventriculaires (extrasystolie
ventriculaire, tachycardies ventriculaires).
- Manifestations cardiovasculaires des hyperthyroïdies et intolérance aux traitements
substitutifs des hypothyroïdies.
- Signes fonctionnels de la cardiomyopathie obstructive.
PROPRANOLOL RATIOPHARM LP 160 mg
- Hypertension artérielle.
- Prophylaxie des crises d’angor d’effort.
- Traitement au long cours après infarctus du myocarde.
- Traitement de certains troubles du rythme : supraventriculaires (tachycardies, flutters et
fibrillations auriculaires, tachycardies jonctionnelles) ou ventriculaires (extrasystolie
ventriculaire, tachycardies ventriculaires).
- Manifestations cardiovasculaires des hyperthyroïdies et intolérance aux traitements
substitutifs des hypothyroïdies.
- Signes fonctionnels de la cardiomyopathie obstructive.
et
- Traitement de fond de la migraine.
- Prévention des hémorragies digestives par rupture de varices oesophagiennes
(prévention primaire) et de leur récidive (prévention secondaire) chez les patients atteints
de cirrhose : la prévention d’une première rupture de varices oesophagiennes est limitée
aux patients ayant une hypertension portale, chez lesquels l’examen endoscopique
révèle des varices oesophagiennes de tailles intermédiaire ou volumineuse (stade II ou
III)

* Haute Autorité de santé
2 avenue du Stade de France
93218 Saint-Denis La Plaine Cedex.

vous trouverez d’excellents renseignements sur le proppranolol et ses effets sur le stress post-traumatique sur le site traumapsy
ainsi qu’une interview sur le sujet du professeur
François Ducrocq psychiatre du CHRU de Lille

(1) ISSN 1626-3375
2005, vol. 5, no4, pp. 193-204
Editeur : PRINCEPS, Issy les Moulineaux, FRANCE (2000) (Revue)

ATTENTION :

SACHEZ CEPENDANT QUE LE PROPRANOLOL COMPORTE DES RISQUES POUR LES ASTHMATIQUES .

c’est un médecin qui doit prescrire ce médicament, ne faits pas d’automédication !

je vous propose également un lien vers un article très interessant mais en anglais. Si vous avez des compétences et souhaitez en proposer la traduction en français, merci.

http://www.ucsfhealth.org/childrens/health_library/news/2003/10/30244.html

Common Drug, Administered Promptly, Reduces Incidence of Post-Traumatic Stress Disorder, Study Finds

October 22, 2003
News Office : Liese Greensfelder

A common drug administered in the first hours following trauma to patients deemed to be at risk of developing post-traumatic stress disorder (PTSD) reduced the occurrence of PTSD, according to a study led by researchers at the University of Lille, France.

While the study involved a small number of subjects, its results are encouraging, says its senior author, Dr. Charles Marmar, associate chief of staff for mental health at the San Francisco VA Medical Center and professor and vice chair of psychiatry at University of California, San Francisco.


voir aussi :
Récompense pour une équipe de recherche sur le stress post-traumatique

http://a.pdc.free.fr/spip.php?article346

Messages

  • Bonjour. Je prends du propanolol depuis 2000 car à cette époque je passais des examens pro et sur les conseils d’un ami sportif (tir à l’arc) j’en ai pris quelques jours car je suis un peu émotif....et là eureka !!! Plus de stress, plus de peur mais toujours conscient de la difficulté de mon concours, qui s’est très bien passé !!! J’ai arrêté par la suite le médicament...et là de nouveau du stress, de l’inquiétude, des doutes sur les choses de la vie. J’ai consulté mon toubib en lui demandant conseil sur ce médicament, j’ai vu un cardiologue et nous avons décidé en commun de prendre ce médicament,qui pour moi ainsi que les 2 médecins ne devait être qu’un "traitement de confort" !!!!!
    Depuis je prends toujours du propanolol,comme traitement de confort et je me sens très bien, très à l’aise en société,en réunion pro je prends la parole sans stress, c’est vraiment très appréciable !!!! Par contre,mon entourage dit de moi que depuis que je prends ce médicament,je prends les choses plus à la légère, je prends du recul sur la vie au quotidien...je relativise plus, même si certains disent de moi que je fais n’importe quoi en prenant ce produit,car c’est vrai que maintenant je suis obligé de le prendre jusqu’à ma mort. Mais encore une fois je ne regrette rien car ma vie a changé...en bien.
    Voilà, par ce témoignage, je voulais faire part de mon expérience...elle est ce qu’elle est.
    En attendant de vous toutes et tous....
    Bien cordialement.
    Franck

  • bonjour suite a un deces d’un proche j’aie commencer a avoir des douleurs dans la poitrine apres avoir consulter un cardiologue et fais electrocardiograme et ecographie et test d’effort
    j’aie des palpitations de jours comme de nuits au repos et en faisant le moindre effort
    je suis inquiete car ça persiste
    donc ont m’a prescrit alocardyl enfin le generique propanolol
    40
    je suis sous vallium
    j’aie peur des effets secondaires pouvez vous m’aider merci pour votre réponse

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.