POIL DE CAROTTE

ASSOCIATION pour enfants tristes

Accueil > 1- VIOLENCES... > vous êtes AUTEUR de violence > Un centre d’accueil pour auteurs de violences conjugales

Un centre d’accueil pour auteurs de violences conjugales

jeudi 6 avril 2006, par Jeanne HILLION

lu dans :

LIEN SOCIAL :

Un centre d’accueil pour auteurs de violences conjugales

L’association de lutte contre les violences conjugales aide les hommes à mettre des mots sur leur comportement et à le modifier.

trois psychologues travaillent dans ce centre

Il est rare qu’un auteur de violences conjugales ou familiales s’engage de lui-même dans une démarche d’aide.

Le plus souvent, il ne consulte que lorsqu’il y est contraint (lire l’expérience de Magali Barre, éducatice spécialisée...).

Chaque mois, deux psychologues de l’Espace solidarité femmes, qui accueille des femmes victimes de violences conjugales, rencontrent les psychologues du centre dirigé par Alain Legrand.

« Cela nous permet d’échanger sur la nature de la relation entre la femme et son compagnon, sur ce qui s’y joue », explique Béatrice Marié de l’Espace solidarité femmes. « 

Ce sont souvent les femmes qui demandent à Béatrice Marié l’adresse d’un centre qui pourrait aider leur compagnon violent.
« Des lieux indispensables pour que l’homme, lui aussi en souffrance soit aidé », dit-elle.

« Tous les auteurs de violences ont vécu de telles interactions, ont été battus ou abusés, ont été témoins de la violence parentale ou aux prises à des exigences fortement inadaptées à leur maturité, ont été victimes de comportements rigides ou paradoxaux explique Alain Legrand.

Victimes encore, pour des raisons liées aux processus même de construction de la personnalité, des inévitables identifications aux acteurs sociaux qui les entouraient alors, ils n’ont pu se structurer qu’autour de ces interrelations et développer ainsi une structure psychologique en rapport avec celles-ci ».

en France, seuls sept centres s’adressent aux hommes auteurs de violence.

Des centres qui manquent de moyens (lire l’analyse de Daniel Welzer-Lang, sociologue...) .

Le centre d’Alain Legrand malgré une aide du secrétariat d’État au Droit des femmes ne perçoit pas assez de subventions pour assurer son fonctionnement.

Les consultations sont payantes selon un tarif variable en fonction des revenus, mais ceci exclut encore de trop nombreux hommes.

Katia Rouff

[1] Association de lutte contre les violences
- 11, rue Taine -
75012 Paris.
Tél. 01 44 73 01 27 -

mail : alcv wanadoo.fr

Lire l’article sur LIEN SOCIAL